Village

Partez à la recherche de ses maisons de caractère, son puits banal, son auditoire, sa capitainerie…et à l’assaut de sa forteresse médiévale ! Le village fortifié s’est construit autour de la citadelle protégée par deux enceintes. La porte Chabotin et l’enceinte de la basse-cour, flanquée de dix tours en sont les derniers témoins. Les ruelles sinueuses et les habitations construites de manière circulaire laissent à penser que la vie locale s’animait autour de son enceinte. En réalité, le village s’est d’abord développé autour de son église, dans le hameau de la Paroisse à 800m du bourg, et regroupait la partie la plus importante de la population, principalement habitée par des communautés de religieux.

Capitainerie n°1

Si les châtelains ont logé durant de nombreuses décennies dans la tour la plus haute de la forteresse, après les Croisades, les nobles aspirent à plus de confort. D’où la construction, au XIVe siècle, à l’entrée de la basse cour, de la Maison seigneuriale ou capitainerie agrémentée d’une chapelle dédiée à saint Martin et reliée au château par un chemin de ronde. Y furent reçus, entre autres, Charles VII et le connétable des Bourbons.

L’auditoire n°2

Longue bâtisse, située près de l’entrée du château et surmontée d’un beffroi avec son horloge. C’était le lieu où le capitaine châtelain rendait la justice. Aujourd’hui, il abrite l’office de tourisme, une salle d’exposition et l’agence postale.

Fontaine Jules César n°3

L’histoire locale rapporte que durant la guerre des Gaules, en 52 avant JC, Jules César qui cherchait à traverser l’Allier pour rejoindre Gergovie, fit une halte avec ses légions sur le site de Billy afin d’abreuver leurs chevaux. Ces derniers auraient alors bu l’eau de cette source… Evidemment, ce récit relève surtout de la légende car nombreux durent être les points d’eau où les troupes romaines purent se désaltérer.

Maison Protestante n°4

Située à l’angle de deux des plus anciennes rues du village (Grand’rue et Chabotin), cette magnifique demeure du XVIème siècle est appelée la maison « protestante ». Un linteau de porte superbement sculpté ou encore une échauguette dont il ne subsiste aujourd’hui que le cul-de-lampe décoré à sa base d’une cariatide portant une banderole où est inscrite la date 1566 et la dédicace suivante: « Lhome plus accablé de péché que de ce fait ne suis empêché »(L’homme de ses péchés est plus accablé / Que moi de ma tour je suis chargé) montre la richesse du propriétaire des lieux à la Renaissance.

Maison du Marchand n°5

Maison en pierre du 15ème siècle, à pans de bois, gardant l’aménagement d’un négoce en rez-de-chaussée. L’édifice fut d’abord le corps de garde des défenses de la Porte Chabotin, lorsque Billy était une forteresse. Dans le mur ouest, subsiste une meurtrière attestant du rôle défensif tenu par l’édifice.

Porte Chabotin n°6

La porte Chabotin doit tout simplement son nom au mot latin « caput » signifiant « la tête », ce qui s’explique logiquement par son rôle d’entrée. Le bourg castral de Billy était autrefois entouré d’un rempart dont il ne subsiste aujourd’hui que cette entrée fortifiée de la ville.

Eglise Saint-Cyr / Sainte-Julitte (à 800 mètres du village) n°7

Si le château et la Maison seigneuriale disposaient d’une chapelle, la population avait pour lieu de culte l’église Saint-Cyr / Sainte-Julitte. Cet édifice religieux du XIe siècle et sa crypte romane, appelée aussi cave Saint-Georges où les vignerons entreposaient leur vin, ont été remanié au fil des siècles. Ils ont la particularité d’avoir été édifié à 800 mètres du village. Billy paroisse, doté d’un prieuré casadéen a maintenu son importance religieuse même si les habitants choisirent de s’installer dans Billy Forteresse qui offrait plus de sécurité en cas de danger. Deux cimetières encadrent l’église, l’un porte le nom de Saint-Cyr, l’autre de Sainte-Julitte.